Le carreau du Temple, premier coup d’œil

Et voilà, c’est ouvert,  c’est reparti. Sur le papier c’est sympa, c’est dans l’air du temps, passé les subsistances et autre 104 on est plus trop étonné, mais ça attire quand même.

Les spectacles : Programmer Chloé Moglia le premier jour, en voilà une bonne idée. Opus Corpus est vraiment une pièce très abouti. À l’écoute de son corps, on explore en même temps qu’elle tous ses muscles, leur possiblités, leur maitrise. À ras le sol, on fini par se demander qui commande, les bras et les abdos ou le cerveau ? J’aime bien la direction que prend Chloé Moglia, le fait qu’elle creuse un aspect particulier plutôt que de tout réinventer à chaque fois. C’est ingrat, mais quand c’est réussi … Et puis il y avait aussi une perf tèrs ingénieuse de Jean-Baptiste André. Le procédé est bête comme chou quand on y pense, faire une perf’ filmée en tournant et retournant la caméra, et faire des équilibres et acrobaties avec les murs. On comprend vite qu’il est en coulisse, quelque part autours de nous, jusqu’à nous apparaitre. Génial jeu sur la gravité, sur le lieu aussi. L’apparente simplicité cacherait presque la performance physique.

Dans la grande salle quelques circassiens en spectacle plus libre. Sympathique mais pas franchement transcendant, distrayant mais pas franchement artistique …

La bouffe : parcequ’il ne faut pas déconner. Un bar qui fait des sandwich/tarte/salade mangeable. Un stand «L’or» pour le café. Le camion qui fume posé devant. Vous finirez bien par y manger, vous pairez trop -cher-pour-ce-que-c’est-mais-bon-ça-passe, vous l’oublierez si vite que vous l’avez mangé. Bref, vous ne viendrez pas là pour la bouffe.

Le lieu : je m’interdit de parler d’archi et d’urba sur ce blog … en tant que simple péquenaud en balade : la salle de spectacle est très belle, le bar est mal foutu on y circule mal, et puis la grande salle doit-être très polyvalente même si ça fait plus gymnase de collège que marché historique. Bonne idée les portes en verre tout le tour, comme ça il faut un vigile par porte, ça fait de l’emploi … ha merde j’ai parlé d’archi.

Bilan ? Il y aura de quoi faire, notamment sur la prog’ culturelle. Maintenant il faudra clairement faire du gros tri. Ce n’est pas un lieu à la programmation exigeante, il y a une vrai superficialité commerciale, façon culture moyen de gamme portée par une comm’ so 20-10’s… qui a dit à l’image du quartier ? Qui a dit le 104 version marais ?  Tututu, mauvaises langues.

Pas de quoi sauter au plafond donc et j’ai envie de garder mes distances avec ce lieu, mais il y aura de très belle choses j’en suis sûr, pourquoi s’en priver ?

Le Carreau du Temple, 4 rue Eugène Spuller 75003, Paris

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :