Exceptionnel Wang Bing (Mes films de la semaine dernière…)

J’ai quasiment découvert Wang Bing d’un bloc en trois jours. Je n’ignorais pas tout, j’avais vu Fengminq. Mais je n’imaginais la portée de son travail, l’importance cruciale qu’il a pour le cinema et bien plus. Ce mec est tout simplement en train de bâtir un livre d’histoire d’un morceau de Chine que l’on ne connait que peu, ou mal. Par le documentaire, avec Les Trois sœurs du Yunnan (au cinéma en ce moment), par la fiction qui s’avère finalement être documentaire aussi, avec Brutality Factory et Le Fossé (lors d’une séance au centre pompidou).

Parler des camps de rééducation, de la vie rurale extrêmement rude dans le Yunnan, tout ça pourrait vite devenir grandiloquant, sombrer dans la leçon de morale historique. Mais Wang Bing ne tombe pas là dedans. Tout part part du détail chez lui. Son intervention après la projection était d’ailleurs caractéristique, il ramenait tout à des «anecdotes» (oui entre guillemet, parce qu’une anecdote dans un camps, c’est pas vraiment papa dans la bonne). La petite fille qui refait maladroitement son pansement, l’agonisant qui se retourne trois fois avant de pouvoir prononcer un mot etc. tout est filmé avec minutie. Tous les détails assemblés, les grandes structures apparaissent d’elles-même, nul besoin pour Wang Bing de faire des grands discours.

Le portrait de ces bouts de Chine qui en résulte est unique. Filmer les camps avec honnêteté, rien que ça, ça pose un cinéaste quand même. Sidérant, révoltant ? Ce n’est même pas le propos, on en décidera après. Et surtout son cinéma ne résume pas à ça. Il y a vraiment tout dans ses films, les chinois, leur politique aussi bien que leurs petites manie, l’histoire, la Chine géographique, avec ses désert notamment. Tout.

Il y a tellement de choses dans les trois films que j’ai vu la semaine dernière que toute analyse est un peu vaine (ou très largement hors de ma portée). Ce sont des mines d’informations sans fin.

P.S. : Sinon je suis allé voir Tom à la Ferme. Dolan est toujours aussi doué techniquement, toujours autant lui-même, mais il mûrit … doucement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :