Les shakers à Chaillot

Bon vu comme ça, la musique des shakers, un groupe particulier de puritains américains, ça n’a pas de quoi m’emballer outre mesure, soyons clairs. Mais on peut quand se demander ce qui pousse Tero Saarinen et la Boston Camerata à être aller fouiller par là.

Il faut avouer que dès les premiers mouvements, dès les premier chants, on est vite impressionnés par la puissance, l’énergie tiré de cette inspiration. Je n’ai jamais vu de musique shakers live, et il y a des chances que ça n’arrive jamais, mais je m’imagine que ce doit être assez impressionnant. Une sorte de groupe à l’unisson, qui pousse régulièrement d’une seule voie. La force, aussi naïve soit-elle, que donne la croyance et le mysticisme aussi.

Bien sûr cette inspiration pourrait devenir un piège, mais Saarinen ne tombe jamais dedans, bien au contraire. La distance se fait notamment par une scéno abstraite très rigoureuse, mais magnifique. Tout en noir et blanc, des lumières très géométriques, des costumes simples travaillés autours des robes. Un mélange de racines historique et de monde abstrait absolument fascinant. Il y aurait énormément à analyser sur chacun des tableaux, tous étant vraiment riches en narration et en émotions. Mais ce que je retiens c’est une beauté hors du temps, très peu conceptuelle.

Et entre des performances complètement barjos, des expos sur les grands problèmes du monde et les docus utltra-réalistes, un peu de beauté kantienne ça ne fait pas de mal !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :