La peformance (presque) extrême au Centre Pompidou.

C’était à Beaubourg ces trois derniers jours, mais il repassera sûrement en France d’ici peu, Ivo Dimchev était un performer extrême. Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est justement le sujet de sa pièce Fest.

Je dis était parce qu’à l’issu de sa pièce le performer est mort, détruit par son environnement. Détruit par la programmatrice du festival qui froidement lui le réduira à un coût/bénéfice, à un prix limite de trois doigts. Détruit par le technicien qui le forcera à une fellation dans une sorte d’agonie. Purement et simplement tué par la critique (au sens propre, un bon coup de couteau avec le sang, tout ça). Même mort on en rajoutera une couche en le dépossédant carrément son sperme, de façon très drôle d’ailleurs avec un petit tube qui trainait dans sa poche, comme ça, par hasard. Finalement lui n’a rien de bien extrême, il subit la performance pendant que l’environnement se déchaine, le vide de tout.

Détruit par le public aussi ? Et comment ! On ne se pointe pas à ce genre de spectacle sans un certain voyeurisme, sans l’envie de voir un cunnilingus live tout en se frottant la barbe et en faisant «hmmm moui, très interessant cette relation de domination, tout à fait Bourdieusien m’voyez». La fausse question du public est tout sauf anodine, c’est un coup de plus et on se sent vraiment être une pièce de la mécanique infernale. Le seul moment où il semble se faire plaisirs est réduit à néant par nos rire, notre verdict tombe : c’est ridicule.

Ce n’est pas tant l’acte en lui même qui est radical, soyons techniques : un penis dans la bouche ou s’enfoncer le bout d’un objet gros comme un tampon dans le vagin, ça arrive des millions de fois par jour. C’est le fait de regarder qui change tout. Et de regarder calmement, dans un lieu comme Beaubourg, sans un tressaillement même au moment où l’on se demande si il ne va pas vraiment pisser dans la bouche de son technicien.

Dimchev pratique vraiment un théâtre intelligent. Si le massage est très simple, c’est une prouesse que d’arriver à nous le faire ressentir, arriver à recréer cette mise à mort et ce massacre posthume avec autant de précision. Ne ratez pas ses prochaines interventions en France !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :