Les fantôme de Ponte City

Étonnante et tragique vie de la tour Ponte-City, retracée dans cette superbe exposition au BAL, jusqu’au 20 avril.

Le travail est d’abord celui d’un documentaire rigoureux. Une collection de photos de tous les appartements et de leur habitant, de documents administratifs et de souvenirs de la vie quotidienne. Le constat analytique serait le même que pour les grands ensembles en France, mais en décuplé. A l’utopie architecturale moderniste au rabais, s’est greffé un trouble social profond, celui d’une classe qui n’arrive pas vraiment à en être une, sans passé et avec peu d’avenirs.

pontecity

Mais où l’expo tape très fort, c’est que les deux auteurs choisissent le médium artistique, plutôt que l’essai architectural ou sociologique. Les habitudes apparaissent et disparaissent dans les photos, les souvenirs sont collés un peu partout. Le tout vivant dans ce monstre au cœur vide, qu’aucun projet ne saura jamais remplir. L’espace du BAL est d’ailleurs superbement exploité, avec un aller-retour entre les deux salles sous forme d’un voyage.

Il y aurait plein de choses savantes à dire sur Ponte City, mais aucune analyse ne saura pleinement répondre à la question que l’expo nous pose : qu’oubliera-t-on vraiment le jour où l’on détruira cette tour ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :