Drôle de Maison

C’est très dur de parler de Fun Home, tant l’ouvrage est insolite, tant Alison Bechdel a une écriture fine et hors norme, soutenu par un dessin très libre.
Image
La force de ce récit c’est de tout raconter un peu sur le même ton mi-enfantin, mi-littéraire, mais toujours un peu distant, des passages les plus anodins aux plus dramatiques. Il y a une certaine naïveté derrière tout ce récit de relation père-fille, et en même temps l’auteur est d’une intelligence critique rare sur elle-même et sa famille.

Du coup on se balade dans ce récit, d’époque en époque de sa vie, avec des ellipses toujours bien jaugées, et puis on se fait délicatement surprendre. Hop un père qui verse dans la pédérastie par là, une autopsie par ci, une découverte de l’homosexualité pas bien violente. Tout ce beau monde fini par faire unité, par créer la vie d’Alison.

Là où Bechdel est forte, c’est qu’elle rend le loufoque, l’inconcevable même, absolument familier et intelligible pour le lecteur. Le genre d’album qui nous donne envie de tout regarder autrement, de chercher tous les détails qui clochent dans le monde qui nous entoure.

P.S. : L’anglais est d’un niveau assez difficile, mais ça vaut le coup de se donner la peine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :